Latone

Le Bassin de Latone dans les Jardins du Palais de Versailles après la rénovation de 2016
Les Paysans de Lycie transformés en animaux des étangs par la colère de Latone

« Il faut ensuite aller droit sur le haut de Latone et faire une pause pour considérer Latone, les lézards, les rampes, les statues, l’allée royale, l’Apollon, le canal, et puis se tourner pour voir le parterre et le château. » Comme Louis XIV l'a écrit dans sa “Manière de montrer les jardins de Versailles”, depuis la façade orientale du palais, suivant son axe central, après le Parterre d' Eau, tout en appréciant l'ouverture de l'horizon, le Bassin et le Parterre de Latone apparaît。
Voilà une représentation inspirée de l'affrontement entre Latone juste après que celle-ci ait donné naissance, malgré la persécution de Junon, à ses deux jumeaux, Apollon, dieu du soleil, et Diane, déesse de la Lune, et les paysans de Lycie.
Avec ce texte écrit par Ovide dans “Les Métamorphoses”, cet affrontement nous devient sans doute plus familier.

Latone

333 C'est là que Latone, appuyée contre un palmier - ou l'arbre de Pallas-,
Donna le jour à des jumeaux, contre le gré de leur belle-mère.
On raconte aussi que la jeune accouchée dut fuir Junon
En emportant contre son sein des deux divins nouveau-nés.
Déjà aux frontières de la Lycie, patrie de la Chimère,

340 Alors qu'un soleil de plomb brûlait les champs, la déesse, épuisée
Par une longue marche sous une chaleur torride, eut soif;
Ses nourrissons affamés avaient tari le lait de sa poitrine.
Elle vit par hasard devant elle, au fond de la vallée,
Un étang de petite étendue ; des paysans cueillaient là de l'osier
Buissonneux, des joncs, et de l'ulve appréciée des marais.

345 La fille du Titan s'approcha et, se mettant à genoux,
Se pencha vers la terre afin de ses désaltérer dans cette eau fraîche.
Le groupe de cultivateurs s'y opposa ; devant ce refus, la déesse leur dit :
« Pourquoi m'interdire cette eau ? L'eau appartient à tout le monde
350 Et ni le soleil, ni l'air ni les ondes limpides ne sont par nature
Propriété privée; je suis venue chercher un bien public
Et cependant, c'est à genoux que je vous prie de m'en donner.
Je ne m'apprétais pas à y laver mon corps, mes membres fatigués,
Seulement étancher ma soif. Ma bouche en vous parlant se dessèche,
355 La gorge brûle et laisse à peine place à un filet de voix.
Une gorgée d'eau sera pour moi nectar et je dirai partout
Que je vous dois la vie ; car vous m'aurez donné la vie avec cette eau.
Laissez-vous toucher par eux qui, près ede mon sein, tendent vers vous
Leurs petits bras. » Les enfants, en la circonstance, tendaient les bras.

360 Qui m'eût été touché par les mots aimables de la déesse ?
Or ils persistent, malgré ses prières, à lui opposer des menaces,
Si elle ne s'en va pas, et ils y ajoutent, en outre, des invectives.
Et cela ne leur suffit pas : ils font des pieds et des mains
365 Pour troubler l'eau de l'étang et méchamment sautent de-ci de-là
Afin de remuer la vase molle du fond de son lit.
La colère a pris le pas sur la soif et, désormais, la fille de Céus
N'a plus de prières pour ces êtres indignes, la déesse ne supporte plus
De s'humilier davantage en paroles; levant les mains vers les étoiles,
370 Elle dit : « Vivez donc pour l'éternité dans votre étang ! »
Le vœu divin est exaucé : ils sont ravis d'être sous l'eau,
De tantôt enfuir leur corps tout entier au creux du marécage
Puis de montrer leur tête, tantôt de se laisser flotter à la surface,
Et que je me poste au bord de l'étang, et que je saute à nouveau
Dans les eaux fraîches. Mais leurs langues mauvaises n'ont de cesse
375 De récriminer et, sans aucune retenue, bien qu'ils soient sous les eaux,
Sous les eaux ils tentent de lancer des injures.
Leur voix est devenue rauque, leur cou semblent s'être effacés,
Leur dos verdit, leur ventre, partie principale de leur corps, blanchit
Et dans le bassin fangeux sautent ces nouvelles grenouilles.

Ovide, “Les Métamorphoses”, Livre VI

Vous pouvez contribuer à améliorer le contenu cet article en proposant votre modification du texte à partir du lien suivant. modifier cette page